RECEC
LE RESEAU DES CAISSES D'EPARGNE
ET DE CREDIT DES FEMMES DE DAKAR

Historique
Organisation
Evolutions
Acquis
Contraintes
Perspectives
Retour à la page d'accueil

      Fondée en 1987, la Caisse d'Epargne et de Crédit des Femmes (CEC) de Grand Yoff est née des réflexions menées par 103 femmes réparties en 13 groupements à Grand Yoff sur les difficultés qu’elles rencontraient dans leurs stratégies d’insertion économique : difficultés d’accès aux services bancaires, précarité des revenus, dépendance vis-à-vis des usuriers, tontines mal gérées. Grâce à un système mutualiste de crédit, géré par les groupements de femmes, elle finance des projets à but économique.
      Sa politique de crédit, ses modalités de fonctionnement et ses grandes orientations sont définies par un conseil d’administration.

  1. LA DEMARCHE

          Conscientes de l’urgence d’une solution alternative, des groupements de femmes de Grand Yoff sollicitent l’appui de ENDA GRAF. A la suite des rencontres hebdomadaires animées par ENDA GRAF sur une période de 6 mois, elles mettent en place la CEC destinée à mobiliser l’épargne locale et à financer les activités socio-économiques des femmes pour leur permettre de faire face à la difficile conjoncture. C’est ainsi qu’un montant de 998 000 f CFA est mobilisé à partir des cotisations individuelles pour démarrer la caisse avec un complément de 3 millions apportés par ENDA GRAF. La dynamique partie du quartier de Grand Yoff va s’étendre progressivement à 17 quartiers de Dakar. Les différentes caisses composées au total d’environ 33000 femmes sont autonomes mais échangent et se renforcent mutuellement dans la réflexion à travers un réseau. Au delà de sa fonction d’instrument de financement de l’économie populaire grâce à la facilitation de l’accès du crédit, la caisse d’épargne et de crédit est un outil pour faciliter le développement local, basé sur la valorisation de l’ensemble des ressources locales.


  2. OBJECTIFS DE LA CAISSE D’EPARGNE ET DE CREDIT

          L’objectif principal de la démarche mise en œuvre était d’initier une réflexion des femmes pour résoudre les problèmes auxquels elles sont confrontées en mobilisant les ressources du quartier.

          Les objectifs spécifiques sont :


    • Faciliter l’accès des plus pauvres au crédit à partir d’une mobilisation intense de l’épargne populaire en vue de développer la solidarité pour résoudre certains de leurs problèmes ;
    • Mettre en place dans les quartiers populaires de Dakar des outils financiers endogènes participant au développement local ;
    • Promouvoir les activités génératrice de revenus ;
    • Renforcer les liens de solidarité et d’entre aide entre les membres d’un même groupe et entre différents groupes
    • Renforcer les appuis mutuels par des échanges d’expériences et des apprentissages afin de promouvoir l’expertise locale populaire ;
    • Mobiliser les fonds généralement canalisés vers les tontines et les différents systèmes d’épargne populaire et assurer une meilleure articulation entre eux.


  3. LA CONSTITUTION DE LA PREMIERE CAISSE

          La première caisse d’épargne et de crédit a été fondée par les 13 groupes de femmes identifiés qui se sont érigés en GIE.
          A la suite des rencontres hebdomadaires animées par ENDA GRAF sur une période de 6 mois, elles prennent conscience de l’urgence d’une solution alternative. Chaque femme apportait une cotisation mensuelle de 500 f cfa qui matérialisait son engagement et sa volonté de constituer les apports devant contribuer à solutionner son problème. C’est ainsi qu’un montant de 998 800 f cfa est mobilisé à partir des cotisations individuelles pour faire les premiers prêts de la caisse avec un complément de 2 966 200 f cfa apporté par ENDA GRAF.

          La caisse d’épargne et de crédit de Grand Yoff s’est donc constituée en 1987 avec une capital de 3 965 000 f cfa. Les membres fondateurs ont défini les modes d’accès au crédit et les modalités de remboursement, la durée et la garantie des prêts.